Je voterai blanc en 2012

Un étudiant de Sciences Po Aix, désabusé, revient sur son choix de ne voter pour aucun des candidats proposés à l’élection présidentielle de 2012 sans pour autant s’abstenir.

Pleines de rebondissements, les présidentielles concurrencent les meilleures -ou les pires- séries américaines. Tandis qu’une ribambelle de candidats se bat pour devenir capitaine d’un bateau (ou d’un pédalo) qui fait naufrage, je me convaincs chaque jour un peu plus de voter blanc le 22 avril 2012.

JE DEVINE VOTRE PENSÉE. “HOULA, VOILÀ UN SACRÉ HULUBERLU… PEUT-ÊTRE ANARCHISTE, QUI SAIT?”

A l’extrême droite, vous me pousserez probablement à voter FN pour participer à la vague populiste bleu marine et pour revenir au franc, histoire de flinguer une bonne fois pour toute l’économie du pays (dont le triple A fait déjà partie intégrante du passé).

A droite, vous agiterez le spectre d’une situation “semblable à celle d’une guerre” si l’UMP échoue – mon Dieu, que deviendrons-nous si la gauche passe ?!

Au centre, vous remuerez mollement votre petit doigt pour certains. Pour d’autres, vous agiterez frénétiquement tous vos membres afin d’être bien visibles, en sanglotant que Sarkozy a creusé la tombe de la France – même si on mange très bien à sa table, et tiens, je reprendrais bien un peu de ce vin là- et qu’il faut voter MoDem pour que le pays se redresse.

Au Parti Socialiste, qui n’est pas plus à gauche que mon genou droit, vous me pointerez probablement du doigt comme étant un «collabo», un sarkozyste refoulé, un de ces types qui n’auraient pas rejoint le maquis pendant la guerre, quoi.

A l’extrême gauche, je serais le “camarade” qui a raison de voter blanc, car, au fond, c’est un peu révolutionnaire ; mais vous essaierez de me convaincre de voter NPA ou Front de Gauche, c’est plus utile.

Et enfin, si vous êtes écolo, vous vous insurgerez devant cet acte polluant qu’est l’utilisation du papier pour rien ; autant ne pas aller voter, les arbres s’en porteront mieux.

UN BRIN CARICATURAL, PEUT-ÊTRE. ET PUIS, EN DÉFINITIVE, POURQUOI VOTER BLANC?

Comme vous le savez, le vote blanc n’est pas comptabilisé au niveau national. Ainsi, lorsque je vote blanc, je suis considéré comme abstentionniste. Le site “vie-publique.fr” rappelle cette absence de prise en compte : “Lors du dépouillement, les votes blancs et nuls sont comptabilisés et sont annexés au procès-verbal dressé par les responsables du bureau de vote. Mais ils n’apparaissent pas dans le résultat officiel où ne sont mentionnés que le nombre des électeurs inscrits, le nombre de votants, les suffrages exprimés (ensemble des bulletins moins les votes blancs et nuls)”. Pourtant, la démarche n’est absolument pas la même.

S’abstenir de voter n’est pas une solution. En effet, à travers le vote se fait l’expression du peuple ; c’est notre droit et, à mes yeux, notre devoir de donner notre avis.

“JE VOTE BLANC, CERTES, MAIS JE VOTE, JE DONNE MON AVIS”

Vous devez vous demander en quoi le vote blanc est différent? J’y arrive.

La France se contente de le considérer comme “valable”, sans pour autant le comptabiliser.

En allant voter, je fais acte de ma présence et de mon soutien au fonctionnement démocratique. Je vote blanc, certes, mais je vote, je donne mon avis. Je suis sidéré que dans notre pays, pourtant fer de lance symbolique de la démocratie sur la scène internationale, le vote blanc soit autant dédaigné (remarquez, les femmes n’ont obtenu le droit de vote qu’en 1944…).

En parallèle, moi, jeune électeur qui donnerai mon avis politique pour la première fois aux présidentielles d’avril 2012, je me sens délaissé par cette caste politique éloignée des problèmes quotidiens du peuple.

Voter FN ? Idéaux fascistes et folie démagogique : non.

Voter UMP – ou Villepin (pas le même maillot, mais la même passion)? En reprendre pour cinq ans de politique sécuritaire aux accents xénophobes et à la sauce néo-classique : non.

Voter au centre, MoDem ? Vous qui avez assisté comme moi à la conférence détestable de Bayrou à l’IEP, comprendrez pourquoi je dis : non.

Voter PS ? Hypocrites sans idées, centristes refoulés : non.

Voter Mémélenchon? Agressivité, arrière-goût démagogue qui entache les vraies idées : non.

Voter NPA ? Parti manipulateur que j’ai pu voir en action pendant les manifestations : non.

Voter les Verts? Idées floues, parti en perdition : non.

Voter blanc, ce n’est pas voter rien. Au contraire, le vote blanc est éminemment plus complexe qu’un vote “classique” : c’est le vote du refus. Le refus de se voir contraint à voter “pour le moins pire”.

Comme le soulignait Kin Hubbard, humoriste américain : « On aimerait voter pour le meilleur mais… il ne fait jamais partie des candidats ! ». Rendez-vous en avril !

Narock – Sciences Po Aix. Artice publié dans Controverses.

Mots clés:
vote blanc comptabilisé, avis politique pour nuls, pourquoi je vote blanc, fonctionnement vote blanc, voter blanc et ne pas votez c\est pareil ??

5 commentaires

  1. Mélina dit :

    C’est triste à dire, mais ce sera pareil de mon côté.
    Je trouve cela impensable de ne pas prendre en compte le vote blanc dans un pays qui se prétend le fervent défenseur de la démocratie (quoi qu’en pensent les théoriciens du « un vote blanc comptabilisé, c’est un votre extrémiste qui prend du grade »)

    Nous ferons donc partie des abstentionnistes… qui se sont déplacés. Quelle ironie que la démocratie

  2. Blueglasnost dit :

    Si vous y allez, même pour voter plan, c’est un assentiment tacite que vous leur donnez. Les résultats du vote blanc seront complètement occultés, on ne les mentionnera guère au soir du premier tour. En revanche, on évoquera l’abstention, qui atteindra probablement les 30% du corps électoral. Le vote, fut-il blanc, est ici un instrument d’oppression : votre tortionnaire recherche votre assentiment. Si vous votez, vous l’autoriser à poursuivre, vous lui donnez la sanction morale de la victime. Pour priver ces messieurs dames de toute légitimité, il faudrait boycotter massivement les urnes pour leur rappeler que c’est eux qui dépendent de nous en dernier recours, que s’ils ne nous témoignent pas plus de respect, nous pouvons faire le choix de retirer notre sanction et de laisser les bras ballants sans une seule once de légitimité à laquelle se raccrocher. Cette campagne est indigne de la France et des Français, elle infantilise les gens, se contente des petites phrases et des polémiques qui ne devraient pas exister, car ne regardant pas l’Etat. Tant que l’on continuera de nous insulter avec des candidats dont la médiocrité a atteint un sommet, il faut refuser de les cautionner, et cela implique de rester hors des bureaux de vote.

  3. Blueglasnost dit :

    *blanc, pardon

  4. Anthony dit :

    @Mélina : le vote blanc est bel est bien compté (avec les nuls) et différencié de l’abstention … Donc vous aurez bien un mention spéciale pour le déplacement 🙂

    @Blueglasnost : à la différence que s’il l’on ne parle pas des bulletins blancs/nuls lors des résultats … on prend l’abstention comme l’expression d’un  » j’menfoutisme généralisé  » ; ce qui n’apporte finalement pas beaucoup plus de considérations !

    Je voterai blanc, on en parlera pas (mais on ne dira pas, au moins, que je n’ai rien à faire de rien), jusqu’au jour où …

    Saviez que c’est dans les années 90/95 où on a commencé à en parler dans les médias ? Aujourd’hui c’est un marronnier … c’est en bon chemin 🙂

  5. Handicraft dit :

    Outstanding posting. I had been checking regularly this specific weblog exactly what impressed! Extremely helpful information and facts specially the still left portion 🙂 I personally contend with such information significantly.. handicraft I used to be looking for this selected details for any while. Thanks a lot and regarding good fortune.


Commenter