Stagiaire, le mauvais exemple des Institutions Européennes

Etre stagiaire est devenu un statut à part entière. Les diplômés du niveau Master effectuent généralement un à deux ans de stage tout au long de leur cursus sans rémunération, sans cotisation retraite, chômage ou assurance maladie. Malgré la charte signée par le Parlement européen en 2010, les conditions de travail pour l’ensemble des stagiaires des Institutions Européennes n’ont toujours pas évolué. La non-rémunération des stages, comme il est d’usage dans de nombreux organes européens, dénigre la valeur du travail. Tout d’abord, le modèle que l’on souhaite transmettre aux générations futures est dévoyé. Une société qui ne reconnait pas qu’un travail mérite salaire bafoue des acquis élémentaires du droit et du contrat social. De plus, dans le cas de stage de plus de trois mois, l’étudiant finit par travailler en autonomie. La rémunération est une reconnaissance de cette compétence ainsi que de l’apport qu’il réalise au sein de son service. Donner un poids financier au stage Ensuite, donner un poids...Read More >

Facebook, du social à la rencontre sur internet

Du réseau social au site de rencontre, les tendances et les méhtodes sont souvent identiques et pas si lointaines. Actuellement si vous êtes célibataire vous pouvez tout aussi bien utiliser Facebook pour faire vos rencontres. Sur Facebook il est possible de faire connaissances avec les amis de vos amis, choses qui est assez efficaces, car les amis se font confiance et sont moins méfiants, donc c’est une source intéressante, en revanche et c’est pas des moindres l’inconvénient sur Facebook c’est qu’il n’y a pas de moteur de recherche, logique ce n’est pas un site de rencontre. Edarling et Easyflirt ont une puissance de frappe à ce niveau là, très intéressante. Une base de données remplie de célibataires qui ne demandent qu’une seule chose, se mettre en couple pour avancer dans la même direction dans la vie et pourquoi pas fonder une famille. Enormément de couple se font grâce aux sites de rencontres ou réseaux sociaux sur internet, de nos jours...Read More >

Francois Hollande Photo officielle

(Hélas) François Hollande est notre Président

Un étudiant de Sciences Po Rennes, résolument de droite, acte la Présidence socialiste et en tire les conséquences pour lui, pour la droite, pour son pays. Vox populi, vox dei. Le 6 mai dernier, les citoyens français ont porté François Hollande à la tête de l’État avec 51,64 % des suffrages exprimés. Après dix années de pouvoir ininterrompu, dont quatre d’une crise économique qui ne donne pas encore la pleine mesure de ses méfaits, fatiguée par cet exercice éprouvant et tiraillée par des contradictions idéologiques internes majeures, la droite devait céder la place. Elle a logiquement perdu. Non sans combattre et avec les honneurs d’un score qui laisse présager des jours meilleurs, mais elle a perdu.  En un mot, ce soir du 6 mai 2012, je me suis souvenu que je n’étais pas de gauche. J’ai vécu cette soirée électorale à Rennes, place de la mairie, où un écran géant avait été installé pour l’occasion. Dans cette ville bastion du...Read More >

geld

Regards croisés sur l’Euro

Deux étudiants de Sciences Po Aix, publiés dans le journal Controverses, nous livrent deux analyses diamétralement opposées de la situation de la monnaie unique, de fédéralisme à euthanasie d’une « monnaie mourante ». .. EURO, EUROPE : LA SOLUTION EST FÉDÉRALE. En tant que citoyen français et européen, la fin de l’euro signifierait pour moi la fin de l’Europe, ou, en tous cas, le plus gros recul politique de l’Union européenne depuis sa création. La question de la monnaie unique n’est pas seulement économique. Elle est aussi et surtout politique. Voulons-nous construire l’Europe ensemble? Préférons-nous plutôt nous séparer et poursuivre notre chemin chacun de notre côté en renonçant, à terme, à la puissance d’une Europe unie ? Aujourd’hui, l’échelle européenne est la mieux à même de nous donner ce poids démographique, économique et surtout politique. L’euro n’est pas seulement un outil économique en difficulté. Il est un objet politique qui fait désormais partie des fondements de l’Union européenne. Associé au poids européen en...Read More >

"Proudhon et ses enfants" par Gustave Courbet

Combattre l’infâme

Publiée dans le journal Controverses de Sciences Po Aix, IEPMag vous propose aujourd’hui une réponse à l’article « La victimocratie: quand la faiblesse devient une force« , qui n’est pas sans lien avec la polémique actuelle lancée par Claude Guéant sur les civilisations. L’attitude convenable face aux oeillères culturelles et à l’assimilationisme ne consiste pas à exposer les bienfaits du multiculturalisme ni les dangers que portent par devers elles les crispations des cultures sur elles-mêmes – ce sont des arguments trop connus qu’il est inutile de rappeler. Surtout, ce serait faire indirectement une révérence à un raisonnement tout droit issu des bas-fonds de l’intellect. Non, l’attitude appropriée consiste à montrer l’abjection et l’indignité d’une telle posture. Vous avez voulu transmettre une idée, même pas idiote en plus – la victimocratie – en omettant toutefois de le faire avec intelligence. Elle vous a simplement servi de ressort pour nous faire part de votre aversion pour cette facette de notre société où gagnent du terrain...Read More >

Claude_Guéant_-_1

Touche pas à ma Civilisation

Notre très cher ministre de l’Intérieur, Claude Guéant, a encore déclenché la polémique. Un contributeur régulier d’IEPMag propose son analyse à chaud.  « Il y a des comportements, qui n’ont pas leur place dans notre pays, non pas parce qu’ils sont étrangers, mais parce que nous ne les jugeons pas conformes à notre vision du monde, à celle, en particulier de la dignité de la femme et de l’homme, a-t-il déclaré. Contrairement à ce que dit l’idéologie relativiste de gauche, pour nous, toutes les civilisations ne se valent pas. Celles qui défendent l’humanité nous paraissent plus avancées que celles qui la nient. Celles qui défendent la liberté, l’égalité et la fraternité nous paraissent supérieures à celles qui acceptent la tyrannie, la minorité des femmes, la haine sociale ou ethnique. En tout état de cause, nous devons protéger notre civilisation. »   Le ministre Guéant a parfaitement trouvé sa place dans la campagne qui tarde à démarrer à droite. Il doit « cliver ». Son...Read More >

DSC_0053

La victimocratie : quand la faiblesse devient une force

Publié initialement dans le journal Controverses de Sciences Po Aix, IEP Mag vous propose un article polémique sur le statut de victime octroyé aux minorités. Nous publierons dans les jours à venir les articles publiés en réponse à cette tribune. Etre victime, c’est le pied. En Occident, le statut de victime octroyé à une communauté ou à un groupe d’individus confère un droit d’impunité dans le jugement d’autrui. Quel est le point commun, a priori, entre le fait d’être noir, arabe, une femme, un homosexuel, habiter les banlieues …? Tous des victimes! La modernité bien-pensante a retrouvé les chemins balisés du puritanisme. Racisme, machisme, ségrégation, homophobie, tels sont les maux contre lesquels luttent avec une rage inégalée des associations communautaristes comme le CRAN ou SOS Racisme. Mais ces dernières représentent un danger en véhiculant dans toutes les sphères de la société une pensée unique, celle du politiquement trop correct. Elles engagent un processus de reconnaissance identitaire en faveur de certaines...Read More >